Stadium history

1898 - 1913
Des premiers terrains au stade de San Mamés

À l’aube du XXe siècle, l’Athletic ne jouait pas sur des terrains à proprement parler mais dans des champs. Le premier vrai terrain est celui de Lamiako (Leioa) puis celui de Jolaseta (Getxo). Mais le grand rêve de l’Athletic était de construire son propre terrain et, si possible, à Bilbao, les terrains de Lamiako et Jolaseta se trouvant à l’écart de la ville. Le rêve a commencé à prendre forme via la location d’un terrain à bâtir attenant à l’asile de San Mamés.

athletic-1902-lamiaco
athletic-1902-lamiaco
Lamiako et Jolaseta, les premiers stades

Le stade de Lamiako peut être considéré comme le premier terrain sur lequel a joué l’Athletic. Entre 1901 et 1911, il a disputé de nombreuses rencontres sur ce terrain qu’il partageait avec d’autres clubs. Le stade de Lamiako est le premier à avoir accueilli un match international payant de l’Athletic, et à avoir accueilli ses futurs rivaux de toujours, à savoir Madrid et Barcelone (respectivement en 1904 et 1906).

En 1911, notre Club étant l’organisateur de la Coupe d’Espagne, il établit ses quartiers à Jolaseta. Le stade de Jolaseta a constitué un tournant et un grand pas en avant dans le monde du football de la Biscaye. Un terrain de jeu était pour la première fois doté d’une tribune couverte pour les supporters, avec une tribune préférentielle (deux rangées de sièges à l’avant de la tribune) et une tribune générale (le reste du rectangle de jeu occupé par des spectateurs debout).

athletic-primera-piedra
athletic-primera-piedra
Naissance du stade de San Mamés : assemblée générale et pose de la première pierre

Après plusieurs années de démarches, le Conseil d’administration présidé par Alejandro de la Sota trouve en 1912 un terrain à bâtir situé dans le prolongement de la Gran Vía, attenant à l’asile de San Mamés. On estime que 50 000 pesetas (300,51 €) sont nécessaires pour la construction du terrain, une somme dont ne dispose pas l’Athletic. Après avoir présenté le projet à des personnalités éprises du Club, on parvient à obtenir le soutien financier requis. Le 10 décembre 1912, les abonnés réunis pour une assemblée générale extraordinaire approuvent à l’unanimité la construction du nouveau stade. Et ce n’est pas tout. Un grand nombre d’abonnés, via une souscription populaire, apportent de leur plein gré des fonds, de 1000 pesetas (6 €) à des sommes beaucoup plus modestes, pour un montant total de 40 770 pesetas (245,60 €), les travaux pouvant ainsi débuter très rapidement, le 20 janvier 1913. C’est le projet de l’architecte Manuel María Smith qui est retenu.

athletic-1913-vista-general-san-mames
athletic-1913-vista-general-san-mames
Description du stade de San Mamés en 1913, œuvre de Manuel Smith

Le stade pouvait accueillir plus de sept mille spectateurs, trois mille pouvant s’asseoir confortablement dans une magnifique tribune en bois dans les tons clairs, où sont installés les services offerts au public et aux joueurs. Les femmes disposaient de leur propre installation accessible depuis cette même tribune. De chaque côté de cette tribune, sur des talus parsemés de parterres de fleurs, étaient érigées des terrasses desquelles on dominait le terrain de jeu. L’une de ces terrasses proposait également un buffet et un bar. Le gazon ressemblait à un immense tapis vert entouré d’une clôture simple et légère empêchant le public de pénétrer sur le terrain. Le drapeau du Club flottait sur un grand mât.

Le jeudi 21 août 1913, à 15h30, le stade de San Mamés ouvre pour la première fois ses portes au public. Cinq minutes après le début du match, l’Athletic Club joue déjà à guichet fermé. À 17h20, Seve Zuazo donne le coup d’envoi de la rencontre. À peine cinq minutes après, Pichichi inscrit le premier but dans la Cathédrale.

Venez découvrir notre musée!

Pour tous publics, il transmet des émotions et des informations
sur l’histoire de l’Athletic à travers ses objets et ses protagonistes

athletic-museo-historia
athletic-museo-historia
1913-2013
San Mamés, la Cathédrale

Le terrain, initialement loué pour dix ans aux héritiers de Pedro Novia Salcedo, servira pendant un siècle. Le stade, qui pouvait à l’origine accueillir 7000 spectateurs, n’a cessé d’être agrandi et rénové. Le plus grand chantier est réalisé en 1952 avec la construction de l’arc. Grâce à la refonte menée à l’occasion de la Coupe du monde de 1982, la capacité maximale du stade atteint 45 000 spectateurs.  En 2013, 100 ans et 3695 matchs après, le stade de San Mamés, baptisé la Cathédrale, laisse la place au nouveau stade de San Mamés.

athletic-1953-vista-tribuna-ppal
athletic-1953-vista-tribuna-ppal
De la vente du stade de San Mamés à l'arc

Le 31 décembre 1946, à 12h30, le président José María Larrea signe l’acte de vente des terrains du stade de San Mamés, sur vingt ans, à un taux d’intérêt annuel de 4 %, sans qu’un amortissement ne soit requis au départ. Après la vente, une transformation structurelle est prévue et un concours est ainsi lancé en 1951, concours qui sera remporté par les architectes Domínguez Salazar, Magdalena Gayán, De Miguel González et l’ingénieur Fernández Casado, auteur de l’arc, véritable symbole du Club et de l’architecture de Bilbao, cité industrielle. La structure est inaugurée en 1953 en tant qu’élément incontournable de la nouvelle tribune principale. Son impact visuel est considérable du fait qu’elle s’élève à 40 mètres au-dessus du terrain de jeu, 56 en comptant l’arc, une hauteur bien supérieure à celle des bâtiments des alentours.

De type haubané, il s’agit en fait de deux grands arcs de 115 mètres de portée contreventés à l’aide de 16 croix de saint André et 4 demi-croix, deux au centre et une à chaque extrémité. Après la destruction du stade, l’arc a lui été conservé et il surplombe aujourd’hui les installations de Lezama.

athletic-1982-san-mames
athletic-1982-san-mames
La Coupe du monde

La dernière grande refonte du stade de San Mamés est réalisée à l’occasion de la Coupe du monde de 1982, Bilbao étant l’une des villes d’accueil de la compétition. C’est la première rénovation qui a eu un impact sur l’ensemble du stade en créant ce sentiment d’unité de construction. Le projet des architectes Luis Pueyo, Javier Salazar et Imanol Abando consistait, dans les grandes lignes, à démolir les deux tribunes derrière les buts ainsi que les colonnes des loges qui soutenaient l’arc de la tribune principale et à les reconstruire de sorte à assurer la continuité des virages et créer ainsi un espace ininterrompu. À l’extérieur, toutes les façades sont revêtues de tôle blanche, exception faite de la tribune principale, ce qui crée pour la première fois une sensation d’homogénéité.

Les adieux

La saison 2012-13 est la dernière de l’ancien stade de San Mamés. Alors qu’aucun événement marquant n’est à signaler sur le plan sportif, il n’en va pas de même sur le plan émotionnel : le changement imminent de stade crée une atmosphère inoubliable. Pendant toute la saison, les équipes adverses reçoivent un souvenir de l’ancien stade, les supporters comptant eux le nombre de matchs restant à jouer dans le stade.

Le 26 mai 2013, l’Athletic joue et perd (0-1) son dernier match officiel, comptant pour la Liga, contre le Levante UD, et le 5 juin 2013, un dernier match est disputé dans la Cathédrale. Cette rencontre prend la forme d’un hommage au football local, d’un adieu en famille contre une sélection de joueurs de la Biscaye qui finit par l’emporter (0-1).

2013 - Aujourd'hui
Le retour du stade de San Mamés

Le nouveau stade est construit pratiquement sur le même terrain et reste une référence incontournable en matière de stades de football prestigieux, à la hauteur du surnom de Cathédrale dont il a hérité. Tant son architecture moderne, innovante, spectaculaire que son emplacement traditionnel permettent aux 53 000 spectateurs de profiter d’une ambiance footballistique comme on les aime. L’essence de toujours adaptée harmonieusement aux temps actuels

Voir le stade de San Mamés

Full tour San Mamés

The visit to the museum would be missing something if you did not complete
it with a guided tour through the bowels of the San Mamés stadium, known as The Cathedral of football.

athletic-museo-tour-san-mames
athletic-museo-tour-san-mames